SESRIC



Perspectives économiques de l'OCI 2020
Date : 02 Novembre 2020

Le rapport des Perspectives économiques de l'OCI 2020 est le rapport phare du SESRIC qui étudie les tendances macroéconomiques mondiales en mettant l'accent sur les pays de l'OCI en tant que groupe et fournit un large éventail de statistiques et d'analyses utiles, y compris la comparaison des performances économiques des pays de l'OCI avec les pays développés, les pays en développement non membres de l’OCI et la moyenne mondiale.

La présente édition du rapport est préparée à un moment où le niveau d'incertitude dans l'économie mondiale est à son maximum en raison de la montée du protectionnisme et de l'émergence de la pandémie COVID-19. L'économie mondiale devrait se contracter de 4,9% en 2020, tandis que les économies développées supporteront les effets réels de la pandémie avec une chute vertigineuse de 8% de la croissance de leur PIB. Les économies de l'OCI qui ont enregistré un taux de croissance de 2,4% en termes réels devraient également se contracter de 2% en 2020 avec une reprise à suivre en 2021.

Après l’apparition de la pandémie, les estimations des flux commerciaux mondiaux ont été considérablement révisées à la baisse. Conformément aux tendances mondiales, les pays de l'OCI ont connu un ralentissement de leurs exportations totales vers le monde et leurs exportations globales ont tombé à 1,79 billion de dollars en 2019. En ce qui concerne les flux d'exportation des pays de l'OCI en 2020, il est prévu que les exportations totales pourraient se situer entre 17% et 33%, en fonction de scénarios alternatifs. Les flux d'exportation intra-OCI ont augmenté régulièrement depuis 2016, passant de 254 milliards à 331 milliards de dollars américains en 2019. Au cours des trois dernières années, les exportations intra-OCI ont augmenté de plus de 30%, ce qui est une réalisation considérable. Cette tendance devrait s'inverser en 2020 avec un taux de baisse entre 4.9% et 14.9%.

Les flux d'IDE vers les pays de l'OCI sont généralement restés inférieurs à leur potentiel et rapportés à 106,7 milliards de dollars américains en 2019, soit 3,6% de moins que la valeur enregistrée en 2018 de 110,7 milliards de dollars américains. Dans le contexte de l'incertitude, les flux d'investissement mondiaux devraient diminuer d'environ 40% en 2020. Les pays de l'OCI devraient également être affectés à des niveaux similaires. Au cours des dernières années, les pays membres de l'OCI ont connu une forte détérioration de leur solde budgétaire. La forte dépendance à l'égard des exportations de produits de base et de biens primaires rend de nombreux pays de l'OCI particulièrement vulnérables aux fluctuations des prix. Dix pays de l'OCI affichaient un excédent budgétaire en 2018. Ce nombre est tombé à huit en 2019.

Les pays de l'OCI continuent d'enregistrer des taux de chômage moyens sensiblement plus élevés que ceux du monde, des pays développés et des pays en développement non membres de l'OCI. Depuis 2014, le taux de chômage total dans les pays de l'OCI est en hausse, atteignent 6,7% en 2019 contre 5,9% en 2014. Le taux de chômage des jeunes actifs (14.5% en 2019) sont généralement plus élevés que ceux des adultes dans tous les groupes de pays. Durant le COVID-19, l'OIT s'attend à une augmentation d'environ 25 millions du nombre de chômeurs dans le monde, ce qui signifie 6 à 8 millions de chômeurs supplémentaires dans les pays membres de l'OCI.

La section spéciale de ce rapport se concentre sur les défis et opportunités liés au commerce et à l'intégration dans un contexte des incertitudes croissantes concernant le protectionnisme commercial et la pandémie de COVID-19. Ces chocs pourraient être préjudiciables aux pays de l'OCI qui sont déjà bien intégrés dans les chaînes de valeur mondiales tout en offrant certaines opportunités de bénéficier de la réorientation des chaînes d'approvisionnement. Afin de bénéficier de ces opportunités, les pays de l'OCI doivent réduire les coûts commerciaux, améliorer les capacités technologiques et accroître leur préparation à faire face aux risques de la chaîne d'approvisionnement.

Version électronique en ligne